Skip to main content

Projet:Programme Média TMEA

Activité:Magazine conjoint "UMUHORA RUSANGI"

Date:02/02/2015

Auteur(s):
  • MUKESHIMANA Florine
Pays:
Médias:
Thèmes:
Genre:
Langue:

La plupart des commerçants burundais ont du mal à comprendre certaines lois régissant la fiscalité au Burundi. Ils affirment que cela constitue des fois un handicap du fait que souvent ces commerçants commettent inconsciemment des erreurs dues à l’incompréhension de certaines dispositions. Ceux qui s’approvisionnent des pays de la Communauté Est Africaine sont les premiers à se plaindre. Ils regrettent le fait que la plupart de ces lois sont écrites en anglais, ce qui rend leur interprétation très difficile et même. Ainsi ils souhaiteraient que ces lois soient traduites en langue nationale. Mais de quelles lois s’agit-il essentiellement ? C’est notamment la loi sur les taxes douanières, la loi sur la valeur ajoutée, la loi sur les procédures fiscales, les impôts sur les bénéfices des sociétés pour n’en citer que celles-ci. Selon les présidents du Syndicat Général des Commerçants SYGECO et de l’Observatoire de Lutte contre la Corruption et les Malversations Economiques OLUCOME, respectivement Audace BIZABISHAKA et Gabriel RUFYIRI, la traduction des ces textes en langue nationale est une exigence constitutionnelle et non un privilège, raison pour laquelle le Parlement devrait mettre une pression sur le Gouvernement pour qu’il transmette chaque fois des projets de loi en Kirundi. En effet, l’article 5 de la Constitution dispose que « toutes les textes législatifs doivent avoir leur version en Kirundi ». Au niveau de l’OBR, c’est le même point de vue : Mme Ange Dany Gakunzi, porte parole de cette institution indique que l’OBR n’a pas la prérogative de légiférer. De plus, il n’a pas non plus les moyens de traduire tous ces textes régissant la fiscalité mais d’initiative, précise -t-elle, il traduit régulièrement, à la faveur des contribuables y compris les commerçants, certaines dispositions auxquelles on fait souvent référence. Madame GAKUNZI souligne également que les agents et cadres de l’OBR sont toujours à la disposition des commerçants pour porter assistance aux commerçants chaque fois que de besoin.

 

Loading the player...