Skip to main content

Projet:Programme Média TMEA

Activité:Magazine conjoint "UMUHORA RUSANGI"

Date:03/01/2015

Auteur(s):
  • NIYONZIMA Merthus
Pays:
Médias:
Thèmes:
Genre:
Langue:

Les Comités Nationaux chargés du suivi et de l’évaluation de la mise en œuvre du processus d’élimination des barrières non tarifaires pour faciliter le commerce régional se rencontrent régulièrement tous les trois mois. Au cours de mois de Décembre 2014, les membres de ce comité se sont rencontrés à Kigali au Rwanda pour plancher sur la question.
Au cours de ce Magazine en deux parties, les intervenants se sont exprimés sur la question. Dans cette première partie, Benjamin MUYAKANA, expert chargé du suivi de ce programme a indiqué que jusqu’à ce jour 79 barrières non tarifaires ont été déjà éliminés mais qu’il persiste encore 18 au niveau de tous les pays de la Communauté. Certaines de ces barrières affectent tous les pays ; c’est notamment le manque d’harmonisation des heures de travail, le problème d’inter connectivité, la taxe de péage routier ainsi que le problème de pesage et de certification. Le représentant du syndicat général des commerçants se réjouit pour lui de l’état d’avancement du programme au niveau des pays mais souhaite des améliorations au niveau du Burundi. Monsieur Joseph MBONANKIRA se réjouit des facilités dont ils bénéficient en Ouganda et au Rwanda même si quelques problèmes de suspicion quand ils sont en Tanzanie. Il souhaiterait que du côté du Burundi, on puisse traduire les lois régissant le commerce transfrontalier en langue nationale et que les retards soient limités au postes de dédouanement car selon lui, des fois cela est dû aux décisions qui trainent à tomber. Il souhaiterait aussi que les valeurs de référence soient affichées pour que les commerçants les consultent avant de s’engager. Réagissant à ces allégations, le représentant de l’OBR a indiqué que des fois cela est une responsabilité des commerçants qui des fois ne sont pas suffisamment préparés : Les marchandises arrivent alors qu’ils n’ont pas suffisamment de moyens pour dédouaner, ou alors leurs marchandises ont été regroupées et ils doivent d’abord décharger pour faire leur déclaration. S’agissant des retards imputés aux décisions tardives, il indique que cela est une fausse allégation parce que le processus est défini dans un document unique appelé «The East African Community Management Act » qui définit les prérogatives à chaque maillon de la chaîne de prise de décision.

Loading the player...