Skip to main content
RAPPORT D’ACTIVITES 2016
IPGL
2017
Pluralisme médiatique

          INSTITUT PANOS GRANDS LACS (IPGL)

                 RAPPORT D’ACTIVITES 2016

                               Mai 2017

 

 

 

                                                                              

 

 

 Liste des acronymes utilisés dans le rapport

 

RIU :

 

Radio Ijwi ry’Umukenyezi

IPGL

:

Institut Panos Grands Lacs

DWA :

 

La  Deutsche Welle Akademie

RCRN

:

Rwanda Community Radio Network

ARJ :

 

L’Association Rwandaise des Journalistes

ELMS :

 

Elections, Médias, société civile et démocratie au Rwanda

OSC :

 

Organisations de la Société civile

RMC

:

Rwanda Media Commission

IGL3:

 

Infos Grands Lacs

JPDDH:

Journalistes pour la promotion de la démocratie et des droits humains

VC :

 

Valeurs cibles

VR :

 

Valeurs réelles

IPGL_Rapport d’activités de 2016

 

L’Institut Panos Grands Lacs en 2016

L’année 2016 a mobilisé les efforts de l’Institut Panos Grands Lacs (IPGL) dans différents projets mis en œuvre au Burundi, en République Démocratique du Congo et au Rwanda. Pour les mener à bien, l’IPGL a reçu le financement de différents partenaires internationaux. Voici un bref aperçu des activités mises en oeuvre. Elles sont toutes détaillées dans le présent rapport.

Au Burundi, la Deutsche Welle Akademie a confié à l’IPGL la mission d’assurer le renforcement managérial de la Radio Ijwi ry’umukenyezi (RIU), (la Voix de la femme ) de Giheta et d’accompagner ses radios clubs.

Au Rwanda, avec le financement de l’Union Européenne, l’IPGL a développé le projet Élections, Médias, société civile et démocratie au Rwanda « ELMS » qui vise le renforcement des capacités de coopération des médias, de leur organe d’autorégulation et des OSC pour contribuer au bon déroulement du processus électoral au Rwanda. Il a été conçu conjointement par l’IPGL et RCRN

Dans la région des Grands Lacs, grâce à l’appui de la Direction du Développement et de la Coopération Suisse (DDC), l’IPGL a contribué au renforcement de la consolidation du processus démocratique en cours, en valorisant le travail des acteurs médiatiques du Burundi, de la RDC et du Rwanda et en œuvrant à la promotion de la liberté de la presse.

Enfin, l’IPGL, en partenariat avec l’Association Rwandaise des Journalistes (ARJ) et grâce au financement de l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas au Rwanda, a organisé une émission radio qui s’impose désormais comme un rendez-vous hebdomadaire incontournable : le « Club de la Presse » (Urubugarw’Itangazamakuru ) diffusé en synergie et en direct sur 5 radios et 1 télévision

La crise politique survenue au Burundi depuis avril 2015 a beaucoup impacté la mise en œuvre de différentes activités menées par l’IPGL. Toutefois, fort d’une solide expérience dans la gestion de projets concernant le développement des médias dans la région des Grands Lacs, l’IPGL reste solide et poursuit son parcours !

Cyprien Ndikumana

Directeur Géneral de l’IPGL

 

IPGL_Rapport d’activités de 2016

 

 

 I.      Renforcement des capacités de la radio ijwi ry’Umukenyezi

                         (RIU) , la « Voix de la Femme »

La  radio  communautaire  « Ijwi  ry’Umukenyezi  (RIU),  la  Voix  de  la  Femme », est  un  média communautaire implanté dans la province de Gitega et émettant sur la 104.1 FM . Elle s’inscrit dans la droite ligne de l’autonomisation de la femme avec une attention particulière sur la lutte contre les violences basées sur le genre. En 2016, RIU a bénéficié de l’accompagnement de l’Institut Panos Grands Lacs ( IPGL) avec le soutien financier de la Deutsche Welle Akademie (DWA). C’est un programme qui reposait sur les activités de renforcement des capacités de l’équipe dirigeante de cette radio en management , en comptabilité et en marketing sans oublier de renforcer les radios clubs cherchant à s’organiser dans des coopératives pour se développer et au final développer leur radio- mère. L’ambition étant que la RIU génère suffisamment de revenus pour s’inscrire dans la durée.

Résultats du programme de 2016

Malgré la situation de crise qui prévaut au Burundi depuis 2015, le programme a abouti aux résultats appréciables . Nous les décrivons ci-après par indicateur planifié.

Indicateur 1.D-1 : La station la voix de la femme ( RIU) a amélioré l’efficacité de sa structure organisationnelle, de la gestion du personnelle et des processus de travail.

Résultats obtenus sur le plan du marketing:

1.  RIU est dotée d’un plan d’affaires : il constitue un outil de pilotage important de la radio . Il est composé de trois parties essentielles :

™    le plan marketing qui indique le marché cible, les produits proposés, les prix, les points de vente et le type de promotion.

™    le plan opérationnel qui montre les moyens techniques et humains, la programmation de la production…

™    le plan financier qui traduit tout ceci en chiffres sous forme de compte de résultat, de plan de trésorerie et de bilan prévisionnels.

2.  La Voix de la femme possède un formulaire de souscription à la radio qui permet à la radio de proposer aux clients un spots publicitaire qui tient compte de leurs besoins spécifiques.

3.  Les capacités de l’équipe dirigeante de la RIU sur la façon d’approcher les annonceurs sont renforcées : 9 annonceurs potentiels ont été rencontrés parmi eux 4 ont souscris aux spots .

4.  Un appui et des conseils ont été donnés à l’équipe RIU au niveau de la conception des spots publicitaires et de l’exploitation du téle centre .

 

Figure 1 :Coaching en comptabilité des chargés des finances de la RIU

Résultats sur le plan Comptable

La nouvelle équipe dirigeante de la RIU (Nouveau Directeur , Responsable technique et Responsable de programme) a accru ses connaissances sur l’utilisation de la boîte à outils (livre de caisse, livre de banque, bon de réquisition, modèle de rapport financier etc. ) 

Figure 2 :Coaching en management de l’équipe dirigeante de la RIU

Résultats sur le plan managérial

1.  RIU dispose d’un plan stratégique 2017-2020.

2.  RIU dispose d’un organigramme validé

3.  L’équipe dirigeante est sensibilisée sur une urgente nécessité de la radio de se doter des textes juridiques , d’avoir un agrément du Ministère de l’intérieur et de se doter d’organes dirigeants à savoir

l’Assemblée Générale, la commission de contrôle, le Conseil d’Administration , la Commission de gestion et la Direction.

 

Figure 3 : participants à la session de coaching des membres des radios clubs de la RIU

Sur le plan de la gestion des ressources humaines

1.  Forte implication des membres des radios clubs dans le fonctionnement de la radio : productions des émissions, réflexion sur les besoins de la communauté et des femmes, participation aux activités de la radio,soutien à la radio etc.

2.  Forte implication des bénévoles ( communauté locale) qui prêtent main forte à la technique et à la production/animation

3.  Forte implication des correspondants collinaires qui envoient régulièrement des informations en provenance des collines

4.  Les capacités de l’équipe dirigeante de la RIU sur la façon d’approcher les annonceurs sont renforcées : 9 annonceurs potentiels ont été rencontrés

 

Indicateur 1.D-2 : La station « La Voix de la femme » ( RIU) a trouvé d’ici 2018 au moins trois sources de financement supplémentaires .

Pour illustrer cet indicateur, le projet revient sur l’évolution des recettes obtenues par les membres des radios clubs et la radio « La Voix de la Femme » de 2014 à 2016 .

En 2014, les financements de la radio provenaient de :

1.  Télécentre qui combine les services de secrétariat public, de formation à l’outil informatique, de connexion à internet à haut débit , de production des films, de confection des cartes de dédicace, de traitement des photos, de scanning des documents etc.

2.  La vente des publicités, des communiqués et des spots d’annonce

3.  Les différentes locations : location de salle de réunion , location de camera professionnelle, location de moto etc.

4.  La vente des services restauration durant les séminaires qui se tiennent à Giheta

En décembre 2016, grâce à l’accompagnement de l’IPGL, la radio a obtenu 9 sources de financements supplémentaires en provenance de :

1.  Population Média center ( PMC) pour la diffusion du théâtre radiophonique « Agashi »

2.  Seach for common Ground pour la diffusion des émissions sur les conflits fonciers

3.  Impire Média Group pour la diffusion des publicités sur des thèmes variés

4.  Centre international pour la fertilité des sols et le développement agricole (IFDC) pour la diffusion des émissions sur l’agriculture et l’élèvage

5.  Christan aid pour la diffusion des émissions sur les violences basées sur le genre

6.  GIZ pour la conception des spots pour l’enregistrement des terres

7.  Le Gouvernement burundais pour la diffusion des débats publics portant sur des thèmes variés

8.  Le Collectif des Associations et ONGs Féminines du Burundi ( CAFOB) pour la diffusion des spots publicitaires sur les violences basées sur le genre

9.  Population services international (PSI) pour la diffusion des spots sur les grossesses non désirées en milieu scolaire

 

Évolution des recettes des radios club de 2013 à 2016

Commentaire :

Par l'observation de ce graphique, nous constatons qu’en 2014, les recettes des membres des radios clubs se montaient à 2.865.900 BIF. En 2016 elles étaient à 33181030BIF. Actuellement, nous en sommes 30.315.130BIF suite au coaching par l’IPGL.

D’une manière générale, l’accompagnement de la radio Ijwi ry’Umukenyezi et de ses radios clubs par l’Institut Panos Grands Lacs(IPGL) et la Deutsche Welle Akademie (DWA) en 2016 a abouti à de nombreux résultats positifs. En effet, un plan d’affaires de la radio est disponible pour une bonne gestion stratégique et opérationnelle, un plan stratégique 2017-2020 de la radio Ijwi ry’Umukenyezi est élaboré, des outils de gestion comptable ont été fournis à la nouvelle équipe dirigeante de la RIU. Les membres des radios clubs ont démarré la mise en œuvre des activités génératrices de revenus. Suite au coaching en marketing et au démarchage, la radio « La Voix de la femme » a obtenu des financements supplémentaires pour 2016.

II. Le projet Elections, Médias, société civile et démocratie auRwanda « ELMS »
 

Le projet ELMS est un projet de renforcement des capacités de coopération des médias, de leur organe d’autorégulation et des OSC pour contribuer au bon déroulement du processus électoral au Rwanda. Il a été conçu conjointement par l’IPGL et RCRN.

En 2016, le projet ELMS a réalisé les activités suivantes :

i. Appui méthodologique et en équipement à Rwanda Media commission RMC pour le monitoring des medias et traitement des plaintes contre les médias ;

ii. Appui à la production et à la diffusion, en direct et en synergie des 4RCs membres de RCRN, d’une émission hebdomadaire « Ijwi ryawe » (votre voix).

iii.                  Appui à l’organisation des conférences-débats publics associant OSC, medias et autorités publiques ;

iv.                 Appui à la production de synergies radio pendant la couverture du processus des élections locales de février 2016.

La mise en œuvre de ces activités a produit des résultats positifs sur le fonctionnement des 4RCs, membres de RCRN, et de RMC.

Pour ce qui est de l’appui à RMC, des équipement d’enregistrement des productions des radios ont été achetés et fournis à RMC. Ces équipements permettent à RMC de faire le monitoring des émissions de 8 radios supplémentaires à 8 autres radios et 4 chaines de télévisions pour lesquelles RMC assurait déjà le monitoring de leurs émissions.

Pour préparer l’équipe de monitoring de RMC au suivi des prochaines élections, l’IPGL a organisé pour le personnel de RCM en décembre 2016 un atelier de formation en monitoring et le rapportage du monitoring des élections. Cet atelier de formation était animé par un consultant international spécialiste de la régulation et de l’autorégulation des medias en période électorale.

En vue de promouvoir la culture du débat démocratique, le projet ELMS appui la production et la diffusion, en synergie des 4RCs membre de RCRN, d’une émission hebdomadaire, « Ijwi ryawe ». Cette émission constitue un espace de débat inédit entre les journalistes eux-mêmes et entre ces derniers et les représentants du gouvernement et de la société civile. Elle est très appréciée comme elle touche du doigt les questions souvent d’actualité.

Le projet a également permis l’organisation des conférences-débats publics associant société civile, médias et autorités publiques. Elles ont été une occasion d’échanger sur des thèmes d’intérêt général et de promouvoir le dialogue entre les détenteurs des pouvoirs et les titulaires des droits ainsi que la redevabilité des administrations locales.

Enfin, à l’occasion des élections locales de février 2016, l’IPGL en collaboration avec RCRN a organisé, produit et diffusé des émissions, en synergie des 4RCs, membres de RCRN. Des journalistes ont été déployés en provinces pour couvrir la campagne et dynamiser le débat public sur les questions liées aux élections. Des reportages et émissions ont été diffusés simultanément pendant une durée de 6 heures lors du scrutin.

Résultats et activités du projet ELMS

Cette partie comprend la présentation des activités mises en œuvre en 2016 et leurs résultats.

Activité 1 : Formation sur les mécanismes de régulation et de programmation des médias en période électorale.

Mise en œuvre

 

1.1 Appui méthodologique de l’équipe de RMC.

 Mise en œuvre

Du 19 au 24 décembre 2016, RMC a organisé un atelier pratique animé par un expert en régulation qui a énormément contribué au renforcement des compétences du staff de RMC en monitoring et en rédaction des rapports, en particulier ceux se rapportant à la période des élections. Avant cette formation qui se voulait pratique, le consultant Koshin a d’abord fait un diagnostic précis sur l’état de la régulation et de l’autorégulation de RMC, en particulier son système de monitoring. C’est après cette étape qu’il a travaillé avec l’équipe sur:

  • l’échantillonnage et la grille d’écoute et de lecture des médias monitorés ;
  •  une nouvelle méthodologie de monitoring des médias en ligne ;
  • une nouvelle méthode d'analyse, de codage et de catégorisation des données ;
  • la terminologie utilisée dans le monitoring des médias au standard international ainsi que la façon de décomposer le contenu pour l'analyse et la catégorisation ( unités de contexte, unités d'enregistrement, temps de parole directe (DST), temps total et l'espace (T), le cadre de l'histoire, etc.) Voir le rapport http://www.rwandaradioscommunautaires.org/rapport-sur-la-formation-en-monitoring-des-medias/.

Pendant la séance d’évaluation, les participants , ont dans leurs témoignages déclaré que cette formation a été plus bénéfique pour eux, qu’elle va leur permettre de faire des rapports de monitoring au standard International.

Toujours dans le cadre de cette activité de régulation, afin d’amener RMC à communiquer plus largement sur ses activités et à renforcer ainsi sa crédibilité et légitimité auprès de ses pairs, l’organe a commencé à publier un feuillet d’information (par voie électronique) sur ses activités.

Résultats de l’activité 1

Appui à Rwanda Media Commission

‰   Un protocole d’accord a été signé entre IPGL et RMC portant sur le soutien méthodologique, pédagogique et financier permettant à l’instance d’autorégulation d’atteindre les objectifs inscrits dans le cadre de ce projet ;

‰   Ce partenariat a donné lieu à l’achat de l’équipement de monitoring et au recrutement d’un consultant pour le coaching in situ concernant la rédaction des rapports.

‰   L’outil utilisé par l’équipe de monitoring dans l’analyse de contenu a été revu et completé.

‰   Les compétences du staff de RMC en monitoring et en rédaction des rapports, en particulier ceux se rapportant à la période des élections sont renforcées,

‰   Le centre de monitoring de RMC est conscient de son rôle particulier durant les élections de 2017 ;

‰   Un feuillet mensuel d’information a été édité, et permet à RMC de communiquer au grand public au sujet de ses activités ;

‰   Les compétences du staff de RMC en monitoring et en rédaction des rapports, en particulier ceux se rapportant à la période des élections ont été renforcées ;

‰   Les juristes les agents de monitoring de RMC comprennent comment qualifier les délits de presse

Témoignages des chargés de monitoring au sein de RMC pour la formation

« Pour moi qui suis chargé du monitoring à RMC, cette formation a été d’une grande utilité et importance parce que nous avons appris d'un formateur expérimenté comment suivre et analyser le contenu des médias », Richard Ndayambaje. « Alors qu’avant cette formation, l’analyse des médias ne se basait que sur le code de déontologie, aujourd’hui, nous savons comment mesurer la représentativité des sujets traités dans les médias », par Richard Ndayambaje.

« Plus intéressant encore, nous avons appris comment qualifier et quantifier le temps et l'espace consacrés aux partis ou aux acteurs politiques lors des élections / couverture politique. Cela nous aidera grandement dans le monitoring des prochaines élections présidentielles ». « Nous avons appris comment détecter un discours de haine dans les médias (découvrir de nouvelles sources de discours de haine, le genre de discours de haine qui prévaut : race, sexualité, ethnicité,
 
religieux, politique, etc.) et comment rapporter sur cet aspect comme une allégation puisque RMC ne remplace pas les institutions juridiques ». Mme Isugi Gloriose « Auparavant, nous utilisions SPSS pour le codage, mais maintenant nous avons commencé à utiliser excel qui a des fonctions de protection du contenu et qui est relativement facile à utiliser Mme Isugi Gloriose. « Auparavant nous élaborions de rapports de monitoring sans savoir s’ils sont à quel standard, mais après cette formation, nous sommes capables d’élaborer un rapport de monitoring accepté au niveau international », dit Richard Ndayambaje.
 
Matériel de monitoring livré à RMC
 
Activité 2 : Monitoring des médias et traitement des plaintes.

Mise en œuvre

Dans la cadre de l’appui institutionnel à RMC, un équipement d’enregistrement des productions radios a été acheté et livré à l’organe de régulation en vue de permettre à l’instance d’autorégulation d’enregistrer, d’analyser et de faire le monitoring du maximum de médias pendant les élections.

Matériel de monitoring

Cet équipement offert est constitué de :

1.       Encodeur SUPERMICRO SC813MTQ pour 8 radios avec licence logiciel et cartes encodage

2.       Ecran HP V241P/ Clavier/souris pour encodeur

3.       Onduleur autonome 2200VA APC SMC 1500 I et logiciel pour encodeur

4.       Tuner FM PYLE PT- 504

5.       Table de mixage BEHRINGER XL 1600 8 canaux

6.       Coupleur d’antennes radios 1x8+coupleurs 1X2

7.       Prestations, câblage de l’ensemble en usine, fourniture de tous les câbles et du plan de câblage.

Cet équipement permet à RMC de rédiger des rapports de monitoring diffusés au sein des différentes rédactions, en favorisant les échanges entre les journalistes et l’instance de régulation/d’autorégulation.

Le personnel de RMC reçoit les équipements de monitoring
offert dans le cadre du projet ELMS
 

L’équipement de monitoring a permis à RMC de produire 7 rapports en 2016 dont un rapport consacré aux élections des organes de base de février 2016. Un atelier de présentation de ce rapport a été organisé en avril à l’intention de tous les médias. Les journalistes ont ainsi pu échanger avec l’équipe de RMC sur les erreurs commises souvent par ignorance des textes de lois et du code de déontologie.

Résultats de l’activité 2

  • L’équipement de monitoring existe ;
  • Les rapports de monitoring sont produits, diffusés et discutés.

 

Activités 3 : Réalisation d’une page spéciale élection en synergie PE/journaux en ligne, de
               magazines radio ainsi que des spots radio et TV sur l’éducation civique et
                                                          les élections
 

Production des spots et sketches radio et TV.

En 2016, pendant les élections des organes de base en février, il n’a été produit qu’1microprogrammes et 3 spots radios qui appelaient les citoyens à venir voter nombreux comme « les élections sont le pilier de la démocratie » et du développement. Ces spots ont été diffusé avant chaque synergie des radios de février 2016.Ce programme d’éducation civique sera renforcé depuis le début de 2017.

Production et diffusion en synergie de l’émission hebdomadaire « Ijwi ryawe( votre voix).

Mise en œuvre

A l’instar de l’émission « club de la presse » poursuivi grâce au financement de l’Ambassade de la Hollande, en concertation avec RCRN, nous avons créé un autre programme intitulé « Ijwi ryawe » (votre voix).

Son objectif est de développer le débat démocratique et de transmettre au public les principes de bonne gouvernance. L’émission hebdomadaire dure 90 minutes et elle est diffusée en synergie et en direct sur les 4 radios : Huguka, Isangano, Izuba et Ishingiro.

Elle s’articule autour de 2 parties principales, à savoir:

ƒ   une rubrique passant en revue le fait marquant de l’actualité de la semaine au Rwanda ( et rarement à l’étranger) ou des thèmes touchant sur la vie quotidienne de la population rwandaise . Le sujet traité est chaque fois illustré par un reportage.

ƒ   un débat interactif avec le public qui pose des questions par téléphone, sur Facebook et en envoyant des SMS.

 

Au cours de 2016, 40 émissions du programme « Ijwi ryawe » ont été produites et diffusées en synergie. Elles ont porté sur plusieurs thèmes touchant sur la vie quotidienne de la population rwandaise (des sujets d’ordre politiques, économiques et socio-culturels). Liste de toutes les émissions diffusées (de mars à décembre 2016) http://www.rwandaradioscommunautaires.org/lemission-ijwi-ryawe-periode-mars-decembre-2016/

Résultats

ƒ   L’émission «Ijwi ryawe » est réellement parvenue à renforcer la culture du débat au Rwanda en général et dans le milieu médiatique en particulier. Elle a permis de renforcer de manière significative la collaboration entre les autorités et les médias. L’actuelle Gouverneur à l’Est du Rwanda qui a été l’invitée de l’émission a recommandé au Directeur de la radio Izuba de produire dans sa station des émissions de grande qualité comme celles de « Ijwi ryawe » (votre voix) impliquant les autorités et les citoyens ;

ƒ   Les membres des organisations de la société civile et les experts (politologues, sociologues,…) ont été invités aux débats afin de présenter leurs opinions et tenir, dans une certaine mesure, un rôle de contre-pouvoir ;

ƒ   La diffusion de cette émission a été réalisée en synergie et en direct, sur quatre (4) radios localisées dans les provinces ;

ƒ   Les auditeurs- à travers leurs réactions par téléphone et SMS- se disent satisfaits de cette initiative ;

ƒ   Les avis des autorités (ministres, députés, maires, etc.) sont positifs vis-à-vis de ces débats ;

ƒ   Les journalistes ont pu s’autocritiquer pour améliorer la pratique de leur métier ;

ƒ   Les représentants des institutions publiques ont pu réagir aux demandes des animateurs de ladite émission et fournissent de façon plus transparente l’information.

L’émission « Ijwi ryawe » est diffusée depuis le mars à partir du studio de la radio Huguka situé à Kigali et elle est diffusée en synergie sur les autres radios communautaires membres de RCRN. Elle a un impact positif sur l’audience de ces radios. Sans avoir fait de sondage, mais sur base des feedbacks des auditeurs reçus par les animateurs de l’émission, ci-après des exemples de changements

Les effets de l’émission

Activités 4 : Cycle de conférence-débats publics associant société civile, médias et autorités.

 

 

Six conférences-débats ont été organisées

La première conférence publique organisée le 28 avril 2016 a porté sur « Le rôle des élus locaux dans la mise en œuvre de la politique de la consolidation des terres et l’intensification des cultures dans le District de Karongi ».

La Directrice de RAB, NUWUMUREMYI Jeannine s’adressant aux participants lors du premier débat à Karongi

Témoignage :

« Après l’organisation de ce débat, les citoyens de Karongi ont bien compris le rôle de medias, ils ontréellement découvert que le media est un pont entre les citoyens ordinaires et les autorités. Les citoyens sont devenus ouverts pour tous les problèmes qui les préocuppent, ce qui n’ était pas le cas auparavant » Rédacteur en chef de la radio Isangano, Charles TWAGIRAMUNGU,
 
La deuxième conférence-débat tenue le 31 mai 2016 à Muhanga en Province du sud s’est focalisé sur le rôle des élus locaux pour faire accélérer le développement des infrastructures dans le District de Muhanga».
 
 
Les journalistes ont eu des interviews avec le Maire de District de Kayonza juste après le débat
Témoignage :
« Nous saluons l’importance de ce débat qui, nous a permis de collecter les doléances de la population. Je m’engage à mettre en application les recommandations du débat », la Maire du district de Muhanga. La troisième conférence débat organisée à Kayonza le 8 juillet 2016, dans le secteur de Rwinkwavu en province de l’Est, le 08 Juillet 2016 s’est articulé sur « le rôle des élus locaux dans la lutte contre la famine qui sévit dans le District de Kayonza».
 
Les Citoyens de Bwisige entrain de suivre l’intervention du Maire de District de Gicumbi, Juvenal MUDAHERANWA.
 
La         quatrième          conférence-débat

 

organisée à Gicumbi dans la province du Nord du Rwanda le       18 Aout 2016, porté sur « le rôle des élus locaux dans la lutte contre la prolifération de ladrogue dans le District de Gicumbi

La cinquième conférence-débat du 18 Octobre 2016, dans le district de Karongi, secteur de Mubuga, cellule de Jyaruhanga en province de l’Ouest du Rwanda, était relative à « l’implication de la population dans la réalisation de contrats de performance ( Imihigo) dans le district de Karongi ».

 

Effet immédiat du débat !

Le Secrétaire Exécutif du secteur de Bwisige, Bonaventure NZAMURAMBAHO a donné sur place des rendez-vous aux citoyens qui en avaient exprimé le besoin. Il a présenté des excuses et a rassuré que lemanquement ne se reproduira plus.
 
Quels effets?
Six jours après le débat (le 27 Décembre, 2016) l’administration du district de Gicumbi a organisé une conférence de presse et dans laquelle, le maire du district a expliqué aux medias
les mesures prises pour améliorer l’implication de la population dans la réalisation de contrats de performance dans le district de Gicumbi. Et beaucoup de problèmes soulevés dans le débat
du 21 décembre 2016 ont été résolus.