Skip to main content
1. Résumé exécutif
(ELMS) EIDHR/2015/370–653
2019
Gouvernance & processus électoraux

Comme indiqué dans le dossier de demande de subvention soumis par l’Institut Panos Grands Lacs à la Délégation de l’Union Européenne au Rwanda, le  Projet « Elections, médias, société civile et démocratie » (ELMS) a été conçu par l’Institut Panos Grands Lacs (IPGL) en collaboration étroite avec le Réseau des Radios Communautaires du Rwanda (RCRN). Des objectifs clairs du projet étaient indiqués dans ce dossier de demande de subvention.  

« A la veille des grandes échéances électorales de 2016 pour les locales et de 2017 pour les Présidentielles, le projet  visait  à travers les médias, en particulier les radios communautaires, l’éducation civique et électorale de la population Rwandaise  pour l’amélioration de la participation citoyenne au processus électoral. 

 

En  amenant  les  producteurs  de  l’information  à  mieux  maitriser  l’ensemble  de  l’information  technique  et  thématique  liés  au  scrutin,  ELMS

permettait aux médias de réussir une de leur mission essentielle : la sensibilisation et l’éducation du citoyen. 

 

En encadrant les institutions chargées d’observer les médias, ELMS garantissait le droit du citoyen à l’information impartiale et renforçait de ce fait la qualité du débat démocratique. 

En organisant des conférences débats et des synergies medias-société civile -autorités, le projet garantissait l’accès à une information neutre et objective et favorisait le débat citoyen autour des thèmes prioritaires pour les scrutins électoraux  et de rendre plus crédibles les résultats aussi bien auprès de l’opinion nationale et internationale que des acteurs politiques en compétition. » 

 

Par ailleurs, un rapport rédigé après un voyage d’étude organisé à Nairobi en faveur d’une délégation de Rwanda Medias commission (RMC), une

institution partenaire de l’IPGL dans le cadre du projet ELMS, rappelle le rôle spécifique des médias en période électorale notamment

                                                                                                                                                                                                                                                                          2 

« During elections period, political parties and candidates tend to find the media as the most important instrument for campaigning and communication to the voters in countries with widespread coverage and audience. Media regulation and monitoring should therefore be done to ensure accurate, balanced and fair flow of information from the parties or candidates to the voters. »  Extrait du « Briefing notes for the Rwanda Media Commission delegation on a study tour to MCK, NAIROBI-KENYA. »

 

En définitive, la mission du consultant chargé de l’évaluation finale du projet ELMS, consistait essentiellement à estimer si les objectifs du projet avaient été atteints, si les activités programmées avaient été mises en œuvre comme convenu entre partenaires du projet et si les résultats annoncés ont été effectivement réalisés. 

 

En plus de ces points importants qui constituent le rapport d’évaluation finale du projet ELMS, le consultant a demandé aux interlocuteurs si les institutions et radios communautaires, partenaires, acteurs et bénéficiaires de ce projet avaient relevé des insuffisances ou des faiblesses dans la conception ou dans la mise en œuvre du projet. 

 

Enfin, le consultant a sollicité les interlocuteurs afin qu’ils formulent des recommandations pour l’après-projet ou pour une éventuelle deuxième

phase du projet. Afin de guider les entretiens, le consultant a proposé un canevas d’entretien contenant les cinq points suivants : 

    Les objectifs du projet ELMS

    Les activités mise en œuvre dans le cadre du projet ELMS

    Les résultats du projet ELMS

    Les faiblesses constatées au cours de la mise en œuvre du projet ELMS

    Les recommandations formulées par les interlocuteurs pour une éventuelle deuxième du projet ELMS

 

La liste des interlocuteurs consultés par le consultant ainsi que le calendrier des entretiens se trouve dans les annexes du présent rapport.

 

Outre les informations et données recueillies au cours des entretiens avec les partenaires du projet ELMS, le consultant a également exploré plusieurs documents mis à sa disposition par l’Institut Panos Grands Lacs ou trouvés dans d’autres sources. La liste des documents consultés afin de guider et inspirer ce rapport d’évaluation finale du projet ELMS figure dans les annexes de celui-ci.

 

                                                                                                                                                                                                                                                                       3 

2. Rappel des dispositions principales contenues dans les Termes de férence de la mission du consultant

 

2.1 Composition du rapport final

 

«  Le  rapport  final de l’évaluation devra comporter (a) un résumé exécutif ; (b) un bref historique du projet ELMS ; (c) les réalisations du projet ELMS ; (d) l’évaluation du projet ELMS : impact et exécution ; (e) les leçons tirées de l’évaluation ; (f) les conclusions et recommandations. »

 

Le dossier d’appel d’offres contient des instructions précises de l’Institut Panos Grands Lacs qui encadrent et guident la rédaction du rapport d’évaluation finale du projet ELMS. La composition du rapport final, doit comprendre un résumé exécutif (a). Celui-ci figure au début de ce rapport d’évaluation finale. En revanche, concernant le deuxième point à savoir un bref historique du projet ELMS (b), le consultant estime que les excellents rapports intermédiaire et final du projet ELMS traitent largement de cette question et qu’il serait superfétatoire de reproduire un historique déjà été établie de façon remarquable. D’autant plus qu’aucun élément nouveau n’est intervenu depuis la rédaction du rapport final du projet.

 

Le troisième point qui fait partie de la composition du rapport final porte sur les réalisations du projet ELMS (c). Dans le cadre de ce rapport d’évaluation finale du projet ELMS, le consultant propose que ces réalisations soient considérées comme les activités mises en œuvre dans le contexte du projet ELMS. De ce fait, une section spéciale est réservée à l’appréciation que les interlocuteurs du consultant ont formulée sur ces activités. 

 

Cette appréciation sur les activités du projet couvre ipso facto le point concernant l’évaluation du projet ELMS(d) indiqué dans le dossier de

l’appel d’offres de l’IPGL. 

 

Le point (e) de la composition du rapport porte sur les leçons tirées de l’évaluation. Une section est effectivement consacrée à ce point dans ce rapport d’évaluation. Enfin le point (f) portant sur les conclusions et recommandations figure également à la fin de ce rapport d’évaluation finale du projet ELMS. 

 

 2.2 Contenu de l’évaluation précisé par l’IPGL

 

    « L’évaluation finale sera construite autour d’une série des questions évaluatives formulées à partir des critères d’évaluations classiques        4 

(pertinence, cohérence, efficacité, efficience, impact, durabilité).

 

 

    Par ailleurs, l’évaluation portera en termes de GCP (Gestion du Cycle de Projet) sur : (a) la conception : la logique d’intervention, la stratégie d’action,  la  prévision  opérationnelle (moyens, activités, résultats, délais) ; (b) la  mise  en  œuvre : l’application de la stratégie, le management de l’équipe, la mobilisation des moyens, les réalisations de résultats et de leurs effets.

    Enfin le rapport d’évaluation devra formuler des recommandations pour l’après-projet. »

Cette partie des Termes de Référence de la mission du consultant se réfère explicitement au concept de Gestion du Cycle de Projet (GCP) développé par plusieurs institutions ou organisations impliquées dans l’appui à des projets de développement. Parmi ces publications, le consultant a exploré en particulier Le Manuel de Gestion du Cycle de Projet élaboré pour l’Union Européenne et le manuel de Gestion Intégrée du Cycle de Projet élaboré pour le compte du Ministère des Affaires Etrangères du Grand-Duché de Luxembourg / Direction de la Coopération au Développement. 

 

Ces deux documents ne constituent pas les seules publications dont le consultant aurait pu s’inspirer pour que le rapport d’évaluation finale du projet ELMS soit conforme aux normes applicables dans ce domaine. Cependant, dans le cadre de ce rapport d’évaluation finale du projet ELMS, dont le financement a été assuré par la Commission de l’Union Européenne au Rwanda, il aurait été logique de privilégier l’utilisation des normes préconisée par cette institution. 

 

Cependant, comme le montre le schéma ci-après extrait du Manuel de Gestion du Cycle de Projet élaboré pour l’Union Européenne, l’utilisation des normes préconisées pour l’évaluation des projets soutenus par la Commission de l’Union Européenne pour faire une évaluation finale du projet ELMS ne serait pas tout à fait appropriée. Cette méthodologie est applicable plutôt à des projets de développement de grande ampleur.

 

 

Ce qui n’est pas le cas du projet ELMS. Par conséquent, le consultant estime que le schéma d’évaluation des projets soutenus par l’Union Européenne ne pourrait s’appliquer au projet ELMS.

 

                    5

La complexité de la méthodologie d’évaluation des projets de développement financés par l’Union Européenne est illustrée par le tableau ci-

après, tiré du Manuel de Gestion du Cycle de Projet élaboré pour l’Union Européenne.

 

 

Par ailleurs, les normes d’évaluation d’un projet évoquée dans les Termes de Référence de la mission du consultant sont explicitement préconisées dans le manuel de Gestion Intégrée du Cycle de Projet mentionné plus haut et plus précisément dans sa section portant sur « les critères de qualité et de réussite » d’une évaluation de projet. Ce manuel indique que « Les facteurs ci-après sont généralement considérés comme les plus importants dans la préparation, la gestion et l'évaluation d'un projet. Dès lors, les responsables du projet et les évaluateurs doivent surveiller leur évolution. Il s'agit de : la pertinence, la faisabilité, la viabilité, l'organisation, l'efficience, l'efficacité et l'impact. »

 

Le tableau ci-après précise le sens de chaque facteur ou critère  utilisable pour l’évaluation d’un projet. Le consultant reproduit ce tableau in        6

extenso     afin     de     montrer     que     certains     critères     sont     applicables     à     l’évaluation     du     projet     ELMS     et     d’autres     moins.

 

Extrait du manuel de Gestion Intégré du Cycle de Projet

 





La pertinence :

 

Elle concerne la raison d'être du projet, le lien entre celui-ci et son environnement  (économique,  social et politique, technologique,  culturel...) dans son

intégralité. Elle indique si le projet répond à un problème réellement existant et assez important.

 
 

La faisabilité :

 

Elle indique si les objectifs du projet proposé peuvent être réellement atteints en tenant compte du contexte, des moyens du projet ainsi que des objectifs

prévus dans le plan du projet.

 
 

La viabilité :

 

Elle estfinie comme la capacité d'un projet de continuer à générer des profits une fois que l'appui extérieur aura cessé. Si un projet est limité dans le temps,

ses bénéfices doivent continuer une fois que le projet aura été achevé.

 
 

Le partenariat :

 

Il est impératif de vérifier, régulièrement, si les partenaires disposent des capacités et ressources nécessaires. Il est également recommandé de rendre compte si le mode d'organisation et le style de management répondent aux exigences du moment et sont régulièrement réajustés (si cessaire) en fonction des changements qui surviennent dans le contexte du projet.

 
 
 

Lefficience :

 

On mesure l'efficience d'un projet par la balance entre le coût des investissements et les profits obtenus. Ainsi, le management est dit efficient s'il parvient à

mener le maximum d'activités avec le minimum de moyens.

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





L'efficacité :


En bref, ce concept termine la mesure dans laquelle un projet atteint ses objectifs, en qualité et en quantité.


L’impact :


Il s'agit du changement, positif ou négatif, direct ou indirect, prévu ou imprévu, voulu ou pas voulu, produit par la réalisation d'une intervention. Il peut également être consiré comme un critère d'évaluation qui indique tous les effets d'une intervention dans différents domaines : financier, économique, social, culturel, institutionnel, environnemental.

 

7

 

 

 

 

A part le critère d’organisation cité dans le document des Termes de Référence de la mission élaboré par l’IPGL sous la section « Contenu de l’évaluation », les autres critères sont les mêmes que ceux évoqués dans Le Manuel de GESTION DU CYCLE DE PROJET ET LE CADRE LOGIQUE élaboré pour le Ministère des Affaires Etrangères du Grand-Duché de Luxembourg / Direction de la Coopération au Développement.

 

Ces  normes,  très  pertinentes  par  ailleurs,  applicables  à  l’évaluation  d’un  projet  et  figurant  dans  les  Termes  de  Référence  de  la  mission  du

consultant ne peuvent pas tous être utilisées dans le cadre de la présente évaluation du projet ELMS 

 

Dans l’esprit de deux initiatives d’évaluation interne du projet ELMS organisées par l’IPGL, d’une part dans le Secteur Mugina, district de Kamonyi le 22/06/2018 et d’autre part dans le Secteur Gishari des districts de Rwamagana  et de Ngoma le 27/06/2018, une enquête sociologique de grande ampleur pourrait être étendue à toutes les provinces couvertes par les Radios Communautaires. 

 

Ces radios pourraient réunir des panels représentatifs des citoyens ayant participé à la mise en œuvre du projet ELMS afin que ceux-ci expriment leurs points de vue sur l’ensemble des activités dans lesquelles ils ont été impliqués. Ainsi, plusieurs « focus groups » organisés dans chaque province couverte par l’une des 4 radios communautaires de Gicumbi, Ngoma, Muhanga et Karongi, répondraient à un questionnaire couvrant plusieurs domaines et permettant de réaliser une étude de sociologie politique de niveau universitaire. Ce questionnaire permettrait d’abord de réaliser une enquête quantitative de grande ampleur laquelle serait ensuite complétée par une enquête qualitative.

 

Dans la section relative aux recommandations et figurant à la fin de cette évaluation finale du projet ELMS, le consultant estime qu’il serait souhaitable que la collecte des données auprès de la population soit organisée dans le cadre du post-projet et que celles-ci soient publiées sous forme d’une étude de sociologie politique de qualité universitaire de haut niveau. 

 

 

Par ailleurs, avant de s’entretenir avec les Directeurs des radios communautaires dans leurs villes de résidence respectives et dans le cadre de l’évaluation finale du projet ELMS, le consultant a exploré plusieurs documents mis à sa disposition par l’IPGL. Ces documents lui ont permis        8 d’évaluer, comme indiqué plus haut, la pertinence des objectifs du projet, la mise en œuvre de ses activités et les résultats acquis après la mise

en œuvre du projet. 

Enfin, le consultant a demandé à ses interlocuteurs de signaler les faiblesses ou les insuffisances éventuelles de la mise en œuvre du projet ELMS. Ils ont en outre formulé des propositions et des recommandations très pertinentes et variées. 

 

Ainsi, les sections suivantes du rapport d’évaluation finale du projet ELMS sont structurées autour de ce schéma d’évaluation proposé par le

consultant.

 

3. Synthèse des entretiens entre les interlocuteurs et le consultant

 

3.1 Evaluation des objectifs initiaux du projet ELMS

Tous les interlocuteurs du consultant étaient unanimes. Les objectifs du projet étaient pertinents et ont tous été atteints. Ces objectifs avaient du reste été déterminés ensemble par tous les partenaires au moment de l’élaboration du document du projet ELMS. Aujourd’hui, au moment de l’évaluation finale du projet, il n’est guère surprenant qu’ils fassent l’objet d’un consensus total entre les partenaires. 

 

Les interlocuteurs ont rappelé que le projet visait principalement à donner la parole à la population pendant le processus électoral grâce aux 

émissions des radios communautaires.

De ce fait, le projet avait pour objectif majeur de donner aux citoyens rwandais l’opportunité de dialoguer et d’interpeler les élus. Ces derniers ont du reste appris à répondre aux questions posées par les citoyens même quand celles-ci s’inscrivaient dans d’autres champs que le domaine électoral. Les citoyens et les élus ont découvert ainsi que la démocratie ne se limite pas aux élections. 

 

Grâce  au  projet  ELMS,  les  élus  ont  découvert,  en  particulier,  que  la  redevabilité  devant  les  citoyens  fait  partie  intégrante  d’un  processus

démocratique réussi.

Le projet ELMS visait également à former les journalistes afin qu’ils produisent des émissions de qualité pendant tout le processus électoral. Un        9 interlocuteur du consultant a indiqué que l’expérience des synergies des radios communautaires rwandaises pendant les processus des élections locales,  présidentielles  et  parlementaires  s’inspiraient  des  synergies  organisées  pendant  les  processus  électoraux  au  Burundi  en  2010 notamment.

 

Enfin, un autre objectif soulevé et apprécié par les interlocuteurs du consultant, concerne l’accompagnement des organisations de la société

civile rwandaises qui ont participé au projet ELMS.

 

Les radios communautaires, comme l’ont souligné tous les interlocuteurs, se sont rapprochées de la population alors que la radio nationale est perçue par elle comme lointaine et leur inspire de la crainte. En outre, les journalistes de ces radios communautaires se sont rapprochés aussi  de la population. Ce qui la rassure. 

 

Un autre objectif majeur du projet, souligné et apprécié par plusieurs  interlocuteurs du consultant, consistait à organiser de très nombreux

débats, portant sur de très nombreuses thématiques et pas seulement électorales. 

 

Ces débats radiophoniques et surtout l’émission phare, Ijwi ryawe, (Votre Voix), ont permis aux citoyens rwandais d’échanger les idées de façon apaisée et intense. Les radios communautaires ont réussi le tour de force de juguler les tendances habituelles des discours électoraux qui empruntent volontiers le langage de la propagande et peuvent verser parfois dans le langage de la violence et de la haine.

 

3.2 Evaluation des activités mises en œuvre dans le cadre du projet ELMS

 

Les analyses des activités du projet ELMS, comme l’ont souligné les interlocuteurs du consultant, convergent et débouchent aussi sur un consensus. Ces activités ont été mises en œuvre avec grand succès et ce conformément aux objectifs du projet tels que décrits dans le document du projet ELMS. 

 

Dans le cadre de ce projet, les activités phares mises en œuvre en partenariat avec Rwanda Media Commission et quatre radios communautaires ont été les débats communautaires, les synergies électorales, les formations des journalistes et l’acquisition des équipements de monitoring des médias. Ces activités ont permis la participation de nombreux citoyens, femmes, hommes et jeunes, de représentants d’organisations de la société civile, des autorités locales et des représentants de  la Commission Nationale Electorale (NEC).

 

Ijwi ryawe, en particulier, une émission très populaire diffusée en synergie par les quatre radios communautaires de Gicumbi, Ngoma, Muhanga et Karongi, et animée avec beaucoup de talent par Mme Brigitte Uwamariya et M. Jean-Pierre Abijuru, constitue, de l’avis de tous les interlocuteurs, une des activités les plus appréciées et les plus réussies du projet ELMS.

 

Tous les interlocuteurs du consultant ont également souligné et apprécié le renforcement des capacités des journalistes  ainsi que la production

des spots de sensibilisation des électeurs pendant les campagnes électorales. 

 

3.3 Evaluation des résultats du projet ELMS

 

De nombreux résultats du projet ELMS ont été signalés et appréciés par les interlocuteurs du consultant. Grâce au financement et à l’appui de la Commission de l’Union Européenne à Kigali, le projet ELMS a permis d’engranger de nombreux acquis selon les témoignages recueillis sur le terrain par le consultant. Une déclaration de M. Cléophas Barore, Président de Rwanda Media Commission, résume le mieux le sentiment général de tous les interlocuteurs du consultant : « Le projet ELMS, a-t-il déclaré, a été très apprécié. On aurait aimé qu’il continue. »

 

Les phrases suivantes sont extraites du VERBATIM des entretiens avec les interlocuteurs du consultant.    

 

    « Le projet a permis de donner la parole aux citoyens et de nous rapprocher de la population. »

    « Le projet a permis d’organiser le dialogue, face à face, entre les citoyens et les élus et d’organiser des échanges sur la démocratie et la

bonne gouvernance. »

    « Les performances des journalistes formés ont considérablement augmenté. »

    « L’émission « Ijwi ryawe » a permis d’augmenter l’audience des radios communautaires à l’échelle nationale. »

    «  Le  feedback  de  nombreux  auditeurs  qui  demandaient  que  les  débats  communautaires  soient  organisés  chez  eux  prouve  l’intérêt

considérable que ces émissions ont suscité auprès de la population. »

    « Au cours des émissions des radios communautaires relevant du projet ELMS, les citoyens en ont profité pour soulever de nombreuses

autres questions qui ne sont pas directement liées aux élections. »

    « Après les émissions communautaires, les débats entre les citoyens et les autorités locales se sont souvent prolongés jusqu’à épuisement

des questions soulevées par les citoyens sans aucune restriction ni limitation. »

    « Le dialogue apaisé entre les citoyens et les élus a permis d’éviter des contestations virulentes au cours des émissions électorales mais

aussi au cours d’autres programmes radiophoniques. »

    « Les radios communautaires ont beaucoup aidé les autorités locales car leurs contacts avec les citoyens étaient sans frais pour elles. Sinon, dans le cadre d’une campagne électorale normale, elles auraient dû payer l’organisation de ces rencontres avec les citoyens. »

    « Les radios communautaires ont gagné beaucoup de confiance auprès des citoyens et des élus. »

    « Les radios communautaires ont permis d’augmenter aussi la confiance entre les journalistes, les citoyens et les élus. »

    « Les quatre radios communautaires ont gagné beaucoup en visibilité et en crédibilité. » 

    « Les institutions publiques ont reconnu leur impact positif sur des questions de société, des questions économiques, etc. »

    « Le contenu des radios communautaire a beaucoup augmenté et a gagné en qualité grâce au projet ELMS. »

    « La Commission Nationale Electorale a apprécié la participation des radios communautaires dans le processus électoral mais aussi celle

d’autres médias partenaires. »

    « Beaucoup de messages de bonne gouvernance ont été délivrés. »

    « Les débats organisés par les radios communautaires ont beaucoup augmenté les connaissances des citoyens en matière électorale. »

    « Les élus ont découvert les attentes des citoyens au cours des débats concernant notamment l’approvisionnement de l’eau ou l’asphaltage

de certaines rues de quartiers populaires dans les villes. »

    « L’assurance des citoyens lors des débats communautaires a beaucoup augmenté. »

    « Les conflits familiaux, les droits des enfants non enregistrés en raison de l’absence de la reconnaissance de paternité ont été débattu. »

    « Le monitoring des élections par les médias a renforcé l’éthique des médias pendant les campagnes électorales. »

    « En raison de la couverture cumulée des quatre radios communautaires, des businessmen souhaiteraient maintenant placer des annonces

publicitaires payantes sur les ondes de ces radios. »

    « Rwanda Media Commission a beaucoup apprécié le projet ELMS. » 

    « L’appui technique sous forme de matériel de monitoring des médias permet à RMC de faire le monitoring de 16 radios au lieu de 8 comme 

auparavant. »

    « Le voyage d’étude organisé à Nairobi au Kenya pour des professionnels des médias a contribué au renforcement de leurs capacités. »

    « Un guide de élections a été produit et sert comme outil de référence des journalistes qui ont couvert le processus électoral. »

    « Plusieurs rapports sur les élections ont été produits et discutés avec les journalistes. »

    « Six numéros d’un journal d’information, Newsletter de RMC ont été publiés. » 

    « La Commission Nationale Electorale a besoin et apprécie des projets comme ELMS. »

 

La  déclaration  de  M.  Charles  Munyaneza,  Secrétaire  Exécutif  de  la  National  Electoral  Commission  (NEC)  constitue  le  point  d’orgue  des

appréciations des activités et des résultats du projet ELMS formulées par les interlocuteurs du consultant. 

 

« Nous avons collaboré avec IPGL, a-t-il déclaré, pour le renforcement des capacités des journalistes à travers différentes formations.  

 

NEC et IPGL ont permis aux journalistes de débattre du code d’éthique et de déontologie des journalistes notamment en période électorale, en

mettant en relief leurs responsabilités sociales.

 

Les journalistes ont été formés sur les lois et sur d’autres textes juridiques qui régissent les élections afin de leur permettre de couvrir l’élection présidentielle avec une assurance professionnelle. En réalité, IPGL a joué un rôle prépondérant au cours du processus électoral au Rwanda. Sa participation reste incontournable. »

3.4 Evaluation des faiblesses constatées au cours de la mise en œuvre du projet ELMS

 

Malgré l’appréciation générale très positive de la pertinence des objectifs du projet ELMS ainsi que de ses résultats ou acquis, les interlocuteurs du consultant ont relevé quelques faiblesses constatées tout au long de la mise en œuvre de ce projet. Les faiblesses et les insuffisances du projet ELMS ont été relevées par les interlocuteurs du consultant et les phrases suivantes sont extraites du VERBATIM des entretiens.   

 

    « Le retard dans le début des débats communautaires en raison du retard des élus. »

    « Des invités empêchés ne se sont pas présentés pas pour participer aux émissions « Ijwi ryawe » parce qu’habitant à Kigali alors que ce

programme était diffusé à partir d’une des radios communautaires installée en province. » 

    « Du point de vue technique, la qualité du son laissait parfois à désirer. »

    « La connexion internet a parfois été interrompue au cours des émissions. Cependant, les problèmes ont toujours été résolus rapidement. »

    « La population urbaine était moins assidue que la population rurale pour participer aux programmes radiophoniques communautaires. »

    « Au début des émissions, la population ne se présentait pas nombreuse sur le terrain. »

    « Les radios communautaires auraient souhaité organiser plusieurs activités, notamment  multiplier les reportages sur le terrain à travers

le pays mais ne pouvaient pas le faire car le budget du projet ELMS était limité. »

    « Les conférences de rédaction pour préparer l’émission phare, Ijwi ryawe, ne pouvaient être organisées qu’une fois par mois alors que

l’émission était hebdomadaire et était diffusée tous les samedi de 15 :00 à 16 :30. »

    « Le fonds de production sur le terrain des « Vox populi », dans le cadre de cette émission « Ijwi ryawe » étaient insuffisants à cause de la

limite du budget du projet ELMS. »

    « Les journalistes des radios communautaires sont jeunes et volontaires. Leur professionnalisme est encore bas. Cette faiblesse a un impact

sur la qualité des contenus radiophoniques qui s’en trouve basse du coup. »

    « Les capacités des journalistes des radios communautaires sont parfois inadéquates et les animations peuvent tourner en « talk shows »

sans contenu consistant. »

    « Des accrochages entre des journalistes quelque peu « arrogants » par rapport aux autorités locales ont parfois été signalées mais ont

toujours été résolus de façon apaisée grâce notamment à l’intervention de la Commission Nationale Electorale. »

    « Le nombre des journalistes des radios communautaires et des médias partenaires n’était pas suffisant pour couvrir l’ensemble du

territoire du Rwanda. »

    « Le personnel chargé de faire le monitoring des médias a travaillé sous une forte pression alors que leurs rémunérations n’étaient pas en

adéquation avec leur charge de travail. »

    « Le code de bonne conduite entre les médias et les partis politiques prévu dans les activités du projet ELMS a été élaboré mais n’a pu être

signé car, selon la Commission Electorale (NEC) cette pratique n’existe pas au Rwanda. »

    « Les radios communautaires auraient beaucoup apprécié que le responsable du suivi du projet ELMS au sein de la Commission de l’Union Européenne à Kigali, se rendre sur le terrain afin de constater de lui-même les enjeux des débats communautaires, ses qualités et ses défauts et en particulier la qualité de la participation des citoyens rwandais au processus électoral. »

3.5 Recommandations pour l’après-projet.  

 

Les  recommandations  ci-après  ont  été  formulées  par  les  interlocuteurs  du  consultant  au  cours  des  entretiens  organisés  dans  le  cadre  de

l’évaluation finale du projet ELMS. Les phrases suivantes sont extraites du VERBATIM des entretiens entre divers interlocuteurs et le consultant.

    « Les citoyens demandent que l’émission « Ijwi ryawe », interrompue depuis 3 mois, reprenne le plus rapidement possible. »

    « Les Journalistes qui animaient et participaient à cette émission phare devraient continuer à se dévouer et la relancer. »

    « Les journalistes participant à ce projet devraient être plus nombreux et devraient être formés notamment dans les domaine de la

couverture des sujets politiques, diplomatiques, démocratiques et électoraux. »

    « Intensifier la collaboration entre les radios communautaires, RCRN, RMC et IPGL serait une très bonne initiative et une bonne base pour

poursuivre la dynamique du projet ELMS. »

   « Il faudrait, à l’avenir, mesurer systématiquement l’impact des émissions avec les citoyens. »

    « Les Responsables des Radios Communautaires ont unanimement exprimé le besoin d’installer un Studio Hub à Kigali qui deviendrait un point de convergence permettant de produire les émissions en commun, notamment « Ijwi ryawe » et réaliser des spots publicitaires également. »

    « Il faudrait que les radios communautaires imaginent ensemble des activités génératrices de revenus, créent un centre d’achat commun,

un atelier pour effectuer des réparations de leurs équipements, etc. »

    «  Les  radios  communautaires  pourraient-elles  envisager  de  donner  au  RCRN  un  statut  formel  de  coopérative,  d’association  ou  de

fondation ? »

    « L’éducation sur la redevabilité des élus à l’égard des citoyens devrait constituer le socle de la deuxième phase du projet ELMS. »

 

 

4. Leçon tirées de l’évaluation 

 

Les partenaires du projet ELMS souhaitent que le projet ELMS soit absolument documenté grâce à une étude de qualité scientifique et de niveau universitaire montrant le point de départ du projet (base line) et son point d’arrivée notamment en matière de satisfaction des citoyens ayant été acteurs et bénéficiaires du projet.   Cette étude pourrait être conçue et réalisée comme une véritable enquête sociologique ayant un volet quantitatif et un volet qualitatif. 

 

Un questionnaire précis pourrait être élaboré et soumis à un échantillon représentatif de citoyens et d’élus. Cette enquête quantitative serait ensuite affinée grâce à une enquête qualitative réalisée avec des « focus groups » sur le terrain. Le document final de cette étude contiendrait des statistiques issues des réponses au questionnaire du volet quantitatif ainsi qu’une  analyse rigoureuse des données contenues dans cette étude quantitative. Cette analyse contiendrait notamment une partie importante concernant les attentes et les besoins des citoyens après le processus électoral et en particulier dans le domaine de la redevabilité des élus à l’égard des citoyens. 

 

Les élus ont formulé des promesses pendant la campagne électorale. Cette étude sociologique en profondeur s’attacherait à mettre en exergue la responsabilité des élus vis-à-vis des attentes et des exigences des citoyens ainsi que leur engagement à rendre des comptes aux citoyens électeurs. 

 

A titre de référence, le consultant a indiqué à l’interlocuteur qui suggérait cette excellente initiative que le processus électoral du Burundi a fait l’objet de publications commanditées par deux ONG internationales, La Benevolencija et Search for Common Ground, dans le cadre de leur appui aux médias burundais pour le processus électoral :

 

1.   Un article intitulé « Pratiques de vote et pensées politiques des électeurs durant les élections de 2010 au Burundi. » 

 

2.   Un rapport de recherche n°1 intitulé : « Baseline des activités de productions médiatiques & de la Synergie - "Enquête

barométrique" auprès de la population Burundaise ». Avril 2010

 

 

3.   Un rapport de recherche n°2 intitulé : « Impact des activités de productions médiatiques et de la Synergie dans le cadre des

élections de 2010. - Enquête barométrique auprès de la population Burundaise. » Septembre 2010

4.   Un rapport de recherche intitulé : « Médias pour une responsabilité citoyenne : utilité, efficacité et impact »  Décembre 2010

 

 

Ces études et rapports de recherche ont été réalisés par trois spécialistes, Hélène Helbig de Balzac, Bert Ingelaere et Stef Vandeginste. 

 

L’article mentionné au point 1 a été publiée sous le patronage de Institute of Development, Policy and Management (IOB) et Universiteit Antwerpen.  

 

5.Remerciements

 

Le consultant profite de la rédaction de ce rapport provisoire d’évaluation du projet ELMS pour exprimer à tous ses interlocuteurs sa profonde reconnaissance pour leur disponibilité et leur amabilité. Les entretiens entre les interlocuteurs et le consultant se sont toujours déroulés dans une atmosphère de grande convivialité. 

 

Le consultant profite également de la rédaction de ce rapport provisoire d’évaluation du projet ELMS pour exprimer ses vifs remerciements au Directeur Général de l’Institut Panos Grands Lacs et à l’équipe du Secrétariat de cette institution pour leur confiance et leur aide dans l’organisation de la mission sur le terrain et à Kigali.

 

Athanase Karayenga

 

 

Le 27 Septembre 2018   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ANNEXES

 

 

                                                                                                                                                                                                        

 

 

I. Calendrier des entretiens

 

Conformément aux termes du contrat de consultance signé avec l’Institut Panos Grands Lacs (IPGL) en date du 12.09.2018, le calendrier de la

mission d’investigation sur le terrain confiée au consultant a été aménagé comme suit :





Date


Lieu


Activité


Personnes rencontrées

 

17.09.2018


Kigali - Gicumbi


Entretien   avec   le   Directeur   Général   de   IPGL.

Finalisation  de  la  liste  des  responsables  des Radios   Communautaires   à   rencontrer   dans quatre villes du pays.

 


M. Cyprien Ndikumana

 

 

 
 
 

Procédures      administratives      et      financières


Mme Espérance Ntwarante

 

concernant   l’établissement   de   la   facture   des


 

 

prestations   du   consultant,   le   paiement   de   la


Mme Niyigena Alphonsine

 

première tranche des honoraires du consultant et

celui du forfait couvrant les frais de transport et


 

 

de séjour du consultant.


Mme Benitha Umuhoza

 

 


 

 

18.09.2018


Gicumbi – Ngoma - Kigali


Entretien avec le Rédacteur en Chef 


M. Jean-Pierre Abijuru

 

 
 

Entretien avec le Directeur de Radio Ishingiro 


M. Ildefonse Sinabubariraga

 

 


 

 

Entretien  avec  le  Rédacteur  en  Chef  de  Radio

Izuba


M. Titien Mbangukira

 

 

 




 

 





19.09.2018


Kigali – Karongi – Muhanga - Kigali


Entretien avec le Directeur  


M. Jérome Rwasa 


Entretien  avec  le  Rédacteur  en  chef  de  Radio

Isangano


M. Charles Twagiramungu 


Entretien  avec  la  Directrice  adjointe  de  Radio Huguka


Mme Brigitte Uwamariya


20.09.2018


Kigali


Entretien avec le Secrétaire Exécutif de Rwanda


M. Geofrey Kayigamba


Community Radio Network (RCRN)


Entretien avec le Chef du Département Finances


 


de Rwanda Media Commission (RMC)


M. Gilbert Habimana


21.09.2018


Kigali


Entretien avec le Chargé de la Communication  au


M. Moïse Bukasa


sein de la National Electoral Commission (NEC)


 


22.09.2018


Kigali


Rédaction du rapport provisoire


 


 


23.09.2018


Kigali


Rédaction du rapport provisoire


 


 


24.09.2018


Kigali


Présentation du rapport provisoire au Directeur


M. Cyprien Ndikumana


Général de Panos Grands Lacs


 


 


Mme Niyigena Alphonsine


 


 


23.09.2018


Kigali


Entretien avec le Superviseur du projet ELMS au


M. Xavier Moroni


sien de la Délégation de l’Union Européenne au


Rwanda


Entretien avec le Président de Rwanda Media


M. Cléophas Barore


Commission

 

1

II. Documentation consule

 

    Formulaire de demande de subvention de Panos Grands Lacs auprès de la Délégation de l'Union Européenne au Rwanda  Instrument Européen pour la Démocratie et les Droits de l’Homme IEDDH Rwanda 2015

 

    Appel d’offre de services pour la réalisation d’une évaluation finale du projet &  Termes de Référence.

 

    Projet ELMS - Rapport intermédiaire 11/01/2016 > 31/12/2016 

 

    Projet ELMS – EIDHR/2015/370–653 - Rapport final - 11 JAN 2016 – 11 JUILLET 2018

 

    Rwanda Media Commission – Newsletter II - February 2017

 

    RMC – Guide pour les élections

 

    Protocole d’Accord entre Rwanda Media Commission (RMC) et l’Institut Panos Grands Lacs (IPGL) – Projet ELMS

 

    Convention de Partenariat et de Collaboration entre l’Institut Panos Grands Lacs (IPGL) et Rwanda Community Radio Network (RCRN)

 

 

    Rwanda Community Radio Network (RCRN) – Déclaration destinée à la Commission de l’Union Européenne

 

 

    Le Manuel de la Gestion du Cycle de Projet de la Commission Européenne

 

    Le Manuel de GESTION DU CYCLE DE PROJET ET LE CADRE LOGIQUE élaboré pour le Ministère des Affaires Etrangères du Grand-Duché

de Luxembourg / Direction de la Coopération au Développement.

 

    Type of ROM review: ELMS Final Report – Elenor R. Lyonnette - Date 11. O7.2017 

 

    Le rapport  de la couverture médiatique en synergie des présidentielles du 4 août 2017

 

    Deux vidéos : Déclaration du Secrétaire Exécutif de la National Electoral Commission (NEC), M. Charles Munyaneza

 

    Content Analysis on Media and Pre–election Coverage – Rwanda Media Commission - June 2017

 

    Dossier de mise en œuvre du projet « renforcement de l’autorégulation des médias burundais pour prévenir et empêcher la diffusion de messages de haine et de diffamation - Observation des médias audiovisuels dans le traitement de l’information politique au cours de la semaine du 26 mai au 1er juin 2008.

 

    Rapport sur les Thématiques traités au cours de l’émission Ijwi ryawe”-  janvier – juin 2017

 

    Power Point - Présentation du Rapport ELMS – 2ème réunion du Comité de Pilotage - 14 juillet 2017

 

    Audios : Huit spots publicitaires présentés lors de la 2ème réunion du Comité de Pilotage – 14 juillet 2017

 

    Budget pour la 2ème réunion du Comité de Pilotage – Hôtel Champions de Remera - 14 juillet 2017 

 

    Termes de Références de la 3ème réunion du Comité de Pilotage – 15 janvier 2018

 

    Invitation to the meeting of the 3rd Steering Committee of the project ELMS – 3rd January 2018