Skip to main content
12/06/2012 -

En proie à de nombreux conflits, l’Afrique centrale a connu des mouvements de population sans précédent au cours des dernières décennies. Pour le seul premier quart de l’ année 2012 on recense 25 000 nouvelles personnes déplacées en RCA. En République démocratique du Congo, pas moins de 240 000 nouvelles personnes sont venues gonfler les rangs des populations déplacées internes. 2012 encore est également marqué par l’afflux de réfugiés congolais vers le Rwanda et l’Ouganda. Ces déplacements de population se poursuivent et peuvent avoir des conséquences sanitaires désastreuses. Au premier rang des risques à endiguer : la propagation du VIH/Sida.

Quelle est la situation exacte des mouvements de population dans la région ? quel impact ces mouvement ont-ils dans la propagation du VIH/sida Comment poursuivre les efforts de prévention auprès des populations en mouvement ? Comment parler de ce sujet sans pour autant stigmatiser ces populations déjà vulnérables ? Comment les journalistes peuvent remplir leur rôle d’informateur dans des zones parfois difficile d’accès ? Comment les autorités peuvent faciliter le travail des journalistes au service de la prévention . Autant de questions qui ont été abordées à l’occasion d’une conférence régionale en présence d’acteurs politiques, médiatiques, de représentants d’ONG et des autorités. Cette conférence a été organisée par l’Institut Panos Paris en partenariat avec ABASIRWA dans le cadre du projet Médias d’Afrique centrale contre le VIH/Sida, avec le soutien de l’Union Européenne.

Pour accéder aux témoignages des intervenants aux reportages des journalistes consulter le bog MAVIH :
http://mavih.wordpress.com/